23 diètes et 35 kilos plus tard, j’ai choisi de m’aimer

par | 22 Sep 2017

 

J’étais belle et je ne le savais pas

Très jeune, j’ai intégré le message que je devais être plus mince pour être aimée et pour avoir de la valeur. Je me sentais prisonnière de mon corps. J’aspirais à avoir un corps que je n’avais pas et je méprisais le mien. J’ai suivi 23 diètes sur une période de 15 ans. Résultat : je me suis retrouvée avec 35 kilos en plus. J’avais le sentiment de ne vivre qu’un échec après l’autre et mon estime de moi en a pris un coup. Et pourtant, avant de me lancer éperdument dans l’enfer du yoyo, j’étais belle! Mais je ne le savais pas.

Ce que je vivais correspond à ce que de nombreuses femmes vivent de façon inconsciente ou pas. Nous croyons que plus nous sommes belles et minces plus nous méritons d’être aimées. Quand j’ai compris la perversité de cette croyance, je me suis questionnée sur le pourquoi de cette haine de nous-mêmes et de notre corps de femme. J’ai compris que le monde dans lequel nous vivons nous maintient dans cet état d’esprit.

 

Des statistiques accablantes

Aujourd’hui, presque partout, le plus important critère de beauté, celui qui définit la valeur d’une femme, est la minceur. Pas étonnant que la majorité des femmes cherchent à être le plus mince possible.

Seulement 2% des femmes se trouvent belles et 90% tentent de se conformer au modèle unique imposé par les médias. Cette motivation est alimentée par la croyance profondément ancrée dans notre inconscient collectif que les femmes minces sont plus belles, plus en santé et ont plus de valeur que les femmes rondes ou obèses, lesquelles manquent de volonté et sont laides, voire dégoûtantes. Et je n’exagère pas le mot. Demandez autour de vous…

Voici quelques statistiques :

En France :

Au Québec :

Les femmes et les jeunes filles sont constamment bombardées par l’image d’unefemme transformée par Photoshop qui propose un idéal debeauté inaccessiblepour la vaste majorité d’entre elles. Cela entretient un sentiment d’insatisfaction à l’égard de notre corps. Quelle approche géniale pour une industrie qui s’assure une croissance illimitée puisque l’objectif est impossible à atteindre! L’appétit gargantuesque de cette industrie (beauté, amaigrissement) supportée par ses complices, les médias, génère des milliards de dollars par année. L’industrie de l’amaigrissement à elle seule se chiffre à plus de 60 milliards de dollars par année en Amérique du Nord seulement.

 Prête à tout pour être aimée

La grande majorité des femmes veulent être belles et séduisantes parce que c’est la façon qui semble la plus évidente pour être aimées. Depuis des siècles, de nombreuses femmes sont prêtes à faire d’immenses sacrifices, souvent à leur détriment, pour répondre aux normes de beauté de leur époque et de leur société. Ces images présentent des exemples qui illustrent jusqu’à quels extrêmes on peut se rendre. Pourquoi? Parce que depuis toujours, être belle donne aux femmes un avantage socio-économique, donc du pouvoir.

À travers les siècles, les plus belles femmes ont été plus convoitées par les hommes, ce qui leur assurait une meilleure position sociale et économique. Même si ce scénario n’a plus lieu d’être aujourd’hui, il fait partie de notre archétype féminin, il est intégré dans notre ADN et nous y sommessoumises de façon inconsciente. Et nous sommes prêtes à sacrifier plusieurs aspects de notre vie pour répondre à cet appel, bien souvent au détriment de notre bien-être et parfois même de notre beauté.

Le désir d’être mince pour garantir leur valeur incite de nombreuses femmes à faire des diètes. Mais si les diètes donnaient des résultats satisfaisants et stables dans le temps, comment cette industrie survivrait-elle? Ce qui fait la richesse de cette industrie est justement le fait que les diètes ne fonctionnent pas. 99% des gens qui suivent des diètes reprennent leur poids dans les 5 ans qui suivent. 99%! En réalité, un maigre 0,01% maintiennent une perte de poids sur une période de 10 ans.

Pourtant les femmes continuent de se condamner, de se juger et de ressentir de la honte face à cet inévitable échec. Or non seulement les diètes ne fonctionnent pas, elles font engraisser! Aucune diète n’est efficace! Voilà la vérité!

Pourquoi les diètes ne fonctionnent pas

En général, quand on suit une diète, on perd du poids, mais la réalité est que le corps interprète la diète comme un état de famine et s’empresse d’emmagasiner des réserves de graisse dès qu’on recommence à manger normalement. Les cellules graisseuses ont la capacité d’emmagasiner de plus en plus de graisse chaque fois qu’une famine se présente. Et cette capacité est irréversible. C’est pourquoi il devient de plus en plus difficile de perdre du poids au fil des diètes et pourquoi on reprend du poids de plus en plus rapidement. Et non seulement on reprend le poids perdu, mais la plupart du temps, on y ajoute quelques kilos! Voilà l’intelligence du corps qui a pour unique but de nous garder en vie.

La dimension psychologique n’est pas à négliger non plus. Le sentiment de privation généré par les efforts inouïs que doivent déployer les femmes à la diète les portent à manger davantage, souvent par compensation, lorsque qu’enfin elles peuvent reprendre une alimentation normale. Que feriez-vous après n’avoir mangé que des protéines liquides pendant huit mois? Plus les diètes sont nombreuses et longues, plus ce syndrome de privation s’incruste profondément dans un pattern de comportement.

L’enfer du yoyo : inutile, contre-productif, nuisible, souffrant. Une illusion qui détruit l’estime de soi et maintient dans un état de détresse et d’asservissement.

Un jour, c’est assez!

Un jour, les deux pieds sur la balance, j’ai constaté que ma dernière diète qui avait été si difficile et m’avait fait perdre 6 kilos s’était transformée, à peine quelques mois plus tard, en 3 kilos de plus que mon poids de départ. Je m’étais sentie fatiguée et irritable pendant les 8 semaines qu’avait duré cette diète. J’étais déçue de moi-même, encore une fois, et j’avais le sentiment que je ne m’en sortirais jamais. Je me sentais condamnée à rester une personne de seconde classe toute ma vie, pas vraiment légitime de vivre mes rêves. Je ne pourrais jamais être vraiment fière de moi. Seule la minceur pouvait me donner ce pouvoir. Autant dire un mirage.

Quand j’ai enfin ouvert les yeux sur ce système destructeur, j’ai arrêté les diètes. Je m’étais acharnée à changer mon corps et ce combat teintait toutes les sphères de ma vie en gris et affectait même mes relations avec les autres. J’ai cessé de combattre mon corps. Tout mon être me disait : « C’est assez! » Mais apprendre à aimer mon corps, avec 35 kilos en plus, quel défi!

Par où commencer?

Il a d’abord fallu que je cesse de considérer mon corps comme mon ennemi, une chose extérieure à moi qui trahissait mon manque de volonté et ma faiblesse. J’ai réalisé que je cherchais constamment la reconnaissance à l’extérieur de moi, chez les autres qui avaient le pouvoir de définir ma valeur de leur seul regard. J’avais le sentiment que je n’en faisais jamais assez pour être aimée parce que le grand vide à l’intérieur de moi ne pouvait être comblé par personne d’autre que moi. J’avais laissé le pouvoir sur ma vie entre les mains des autres. Quand j’ai compris que je regardais mon corps à travers un prisme déformé, un regard qui ne m’appartenait pas, j’ai pu envisager de me réconcilier avec mon corps.

Sortir de l’isolement

J’ai commencé par joindre des groupes d’entraide pour me rendre compte que je n’étais pas seule à vivre cette souffrance et à subir l’impitoyable condamnation de mon propre regard. J’ai rencontré des dizaines et des dizaines de femmes qui étaient en guerre contre elles-mêmes et dont le juge intérieur les harcelaient sans relâche. À travers mes rencontres dans les groupes et les ateliers auxquels j’ai participé, j’ai pris tranquillement conscience de l’absurdité de vouloir changer qui je suis et que ma valeur va bien au-delà de mon image corporelle. J’ai eu la chance d’être accompagnée par des personnes solides qui m’ont aidée à reconstruire mon estime.

Mon point de bascule

Un jour, assise sur ma terrasse alors que je regardais mon jardin tout en ressassant encore une fois ma colère au sujet de mon passé et ma déception d’être moi, j’ai tourné ma chaise pour regarder l’autre côté de mon jardin. Et là, la lumière s’est allumée. J’ai compris qu’il me suffisait de changer de perspective, de façon de voir et de penser. J’ai ressenti un grand sentiment de liberté. L’amour que je méritais de me donner, sans limites, m’est apparu évident. Tout ne dépendait que de moi. De toutes façons, j’avais passé des années avec ce corps rond et je ne pouvais être certaine de devenir mince un jour. Pourquoi ne pas commencer à m’aimer tout de suite alors? La seule solution était de m’aimer, tout de suite. C’était à moi de choisir.

C’est comme l’histoire du frigo qui fait du bruit. On ne sait pas qu’il fait du bruit tant qu’on ne l’a pas débranché. C’est alors qu’on se rend compte du buzz incessant qui occupait notre esprit. On prend conscience du poids mental qui nous accaparait. On dirait que l’air vient de s’assainir et on se sent plus légère. 

Apprendre à s’aimer, la seule solution

Avec le support de quelques personnes et à travers mon apprentissage pour devenir thérapeute, j’ai continué à avancer dans cette direction. Bien sûr, mon chemin n’a pas été une ligne droite. J’ai plutôt fait l’expérience d’un processus imparfait et parfois difficile. Quand j’étais dans le doute ou que je faisais des rechutes, je m’appuyais sur mes ressources pour m’aider à voir plus clair. Pour cette raison, je crois qu’il est préférable d’être accompagnée.

Je ne peux mettre trop d’emphase sur tout ce qui a changé dans ma vie. Je crois en moi, je reconnais ma valeur. Je peux davantage recevoir et donner de l’amour. Je me sens plus légère et surtout, j’ai récupéré le pouvoir sur ma vie. Aujourd’hui, j’accepte mon corps tel qu’il est. Je l’aime et j’en prends soin parce que j’ai compris que c’est lui qui me garde en vie et il mérite toute ma gratitude.

Vous me demanderez peut-être si j’ai toujours envie de maigrir? Disons que je ne pense plus en ces termes. Je veux que mon corps soit le plus sain possible, mais j’accepte ses limites. Je mange pour me sentir énergétique et forte et non pour étouffer ma peine, atténuer mon stress ou pour être admirée et aimée. L’amour le plus fondamental vient de moi.

Au lieu de perdre, j’ai gagné sur tous les plans : bien-être, confiance en moi, relations, travail. Et j’ai gagné pour toujours. Il n’y a pas de retour en arrière, même si le chemin est parsemé d’obstacles et de détours.

Régulièrement, je renouvelle le choix de m’aimer et d’aimer mon corps. C’est une pratique, une habitude à intégrer de plus en plus profondément.

Faut-il renoncer à la beauté alors? Non!

Accepter votre corps tel qu’il est, même s’il ne correspond pas aux critères de beauté actuels, ne veut pas dire renoncer à être belle ou à se sentir belle. Au contraire! Quand vous vous sentez bien dans votre peau, vous avez envie d’honorer votre corps et de le faire rayonner. Votre beauté est directement liée au rayonnement qui émane de vous et n’a rien à voir avec votre poids ou la minceur. Ce qui vous rend belle est votre capacité de vous aimer, d’aimer la vie et de le partager.

Et vous?

Je vous entends déjà me dire : « Oui mais Diane c’est bien beau tout ça, mais comment on fait ça s’aimer? Comment on fait pour apprendre à aimer un corps qu’on déteste? Ça me semble si loin et inaccessible. » C’est vrai, il n’existe ni baguette magique, ni recette miracle, mais c’est tout à fait possible! Je l’ai fait et vous le pouvez aussi!

Je suis partie de si loin et maintenant j’accompagne des femmes qui, comme vous, ont décidé de s’engager envers elles-mêmes et vivent aujourd’hui une réalité bien différente et une liberté au-delà de ce qu’elles ont vécu la majeure partie de leur vie. Vous aussi vous pouvez vivre sereinement avec votre corps et laisser rayonner votre beauté!

Pour vous aider à faire vos premiers pas dans ce sens, je vous ai préparé un document où vous trouverez les outils de base que j’ai utilisés au début de ma démarche et qui m’ont aidée à accéder à une vie plus libre et heureuse.

Téléchargez ici 5 pratiques essentielles pour commencer à vivre plus sereinement avec votre corps. Ce document est pour vous. Et tout à fait gratuit.

Vous aspirez à vivre en paix avec votre corps, à avoir plus d’estime, à croire en votre valeur et à consacrer votre énergie à réaliser vos rêves? Passez à l’action! Commencez dès maintenant!

 

Entrez votre courriel pour obtenir le ebook gratuit!

You have Successfully Subscribed!

Veuillez entrer votre courriel pour obtenir votre pdf gratuit!

You have Successfully Subscribed!

Entrez votre courriel pour obtenir ce test gratuit!

You have Successfully Subscribed!

Entrez votre courriel pour obtenir votre test gratuit!

You have Successfully Subscribed!